Le magazine Birdee

Retour au magazine

Les choses à faire et à ne pas faire dans le cadre de votre déclaration de revenus en France

Catégorie : Actualités

Catégorie : Finance

Date de publication : Il y a 3 jours

Partager :

Chacun de nous a sa propre manière d’affronter les changements. Si certains d’entre nous les accueillent à bras ouverts, d’autres, tout en restant curieux, adoptent une attitude prudente. Ils se sentent irrités, voire menacés par les changements annoncés, craignant ce qu’ils cachent et se laissent envahir par la peur de l’inconnu. La mise en place d’un « prélèvement à la source » est une nouvelle donne en France et implique une réforme fiscale dont les changements se répercutent jusque dans la manière dont le contribuable français devra compléter sa déclaration d’impôt pour cette « année blanche » 2018. Quel que soit votre statut – salarié, indépendant, auto-entrepreneur, chercheur d’emploi, retraité -, que vous embrassiez le changement ou pas … une chose est sûre : vous devrez remplir votre formulaire de déclaration d’impôts. Et vous devrez le faire ce mois-ci (Mai 2019). Attendez-vous à ce que la tâche soit rude. Maigre consolation : nous sommes tous dans la même galère. Ce qui implique aussi que nous devons nous entraider afin de mener notre navire à bon port en affrontant les vagues d’une mer inconnue et houleuse. Pas de panique, Birdee vient à la rescousse.

A FAIRE – déclarez vos revenus pour l’année 2018. Point final

Commençons par le plus important. Une « année blanche » fiscale peut susciter des questions telles que : pourquoi déclarer mes revenus pour l’année 2018 si ceux-ci ne sont pas imposés ? Bonne question ! La réponse est pourtant simple : parce que vous êtes obligé de faire votre déclaration de revenus, comme d’habitude, au printemps. Voilà pourquoi ! Si vous ne le faites pas, vous risquez d’être imposé sur l’intégralité de vos revenus perçus en 2018. Aïe ! Et même si vous pensez ne pas avoir gagné un revenu suffisant pour acquitter vos impôts et que votre revenu se situe en-dessous du seuil requis, vous devrez toujours remplir et soumettre votre déclaration d’impôts. Bref, faites en sorte que le formulaire soit complété et envoyé au fisc.

A FAIRE – veillez à déclarer les revenus de la bonne année  

Malgré les modifications apportées au système de « prélèvement à la source », les revenus à déclarer au cours du mois de mai 2019 sont bien ceux de l’année 2018 qui court du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2018. En 2020, vous devrez alors déclarer les revenus perçus en 2019, entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2019.

A FAIRE – soumettez votre déclaration de revenus à temps

Les formulaires de déclaration de revenus sous forme papier doivent être déposés au plus tard le 16 mai 2019. Pour les déclarations en ligne, les dates limites varient en fonction du « département » dans lequel vous vivez. Pour connaître les dates limites appliquées dans votre département, consultez la rubrique spécialisée du site de la Direction générale des Finances publiques. Si vous rentrez votre déclaration passé ce délai, vous risquez d’être imposé sur l’intégralité de vos revenus 2018 ou de devoir payer une majoration de 10% sur l’impôt dû. Vous voilà prévenus.

A FAIRE – faites votre déclaration en ligne

Il est préférable, voire recommandé, de compléter votre déclaration de revenus en ligne. Cependant, si vous êtes très attaché à votre stylo et plutôt ‘déclaration papier’, allez-y, ne vous privez pas si vous vous sentez plus à l’aise.

A FAIRE – soumettez le(s) bon(s) formulaire(s)

Il y a au total 7 formulaires différents. Le formulaire le plus simple est le formulaire standard ‘n° 2042’. En plus de celui-ci, il existe encore six autres formulaires, appelés ‘déclarations complémentaires’, à utiliser en fonction de votre situation :

  1. Déclaration complémentaire des revenus (2042-C)
  2. Déclaration complémentaire des professions non salariées (2042-C-PRO)
  3. Déclaration des réductions et crédits d’impôt (2042-RICI)
  4. Déclaration des réductions et crédits d’impôt pour investissements outre-mer (2042-IOM)
  5. Taxe sur les loyers élevés des logements de petite surface (2042-LE)
  6. Demande de remboursement de la taxe additionnelle au droit de bail (2042-TA)

A FAIRE – soyez conscients des nouveautés introduites dans le nouveau formulaire

Parmi les nouveautés, notons les heures supplémentaires exonérées d’impôts jusqu’à un montant de 5.000 € ; la mise en place d’une ‘Prime exceptionnelle du pouvoir d’achat’ pour tous les bonus reçus entre le 11 décembre 2018 et le 31 mars 2019 jusqu’à hauteur de 1.000 € ; et l’introduction d’une case spécifique 1AA/1BA sur le formulaire standard 2042 par laquelle les salariés de particuliers employeurs ou aides à domicile peuvent déclarer leurs revenus. Ces changements seront davantage détaillés dans le point suivant.

A NE PAS FAIRE : ne passez pas des heures entières à essayer de compléter vous-même votre formulaire / A FAIRE – demandez de l’aide

Rendez-vous à votre ‘centre des finances publiques’ local. Sur place, vous trouverez des ordinateurs et même des personnes à votre disposition pour vous aider ! Quant au site web consacré à la déclaration de revenus, il présente un visuel rafraîchi et est devenu beaucoup plus convivial. Vous y trouverez d’ailleurs des vidéos offrant une réponse à certaines questions.

A FAIRE – consultez votre ‘compte fiscal personnel’

Vérifiez votre compte pour voir s’il y a des mises à jour, des avertissements, des mails ou d’autres informations/messages utiles. Ainsi, vous êtes sûr de disposer des dernières informations.

A FAIRE – connaître les exceptions

Si vous avez perçu en 2018 l’un ou l’autre ‘revenu exceptionnel’, vous serez imposé sur le montant de celui-ci. Ceci implique donc tout montant additionnel que vous auriez reçu en plus de vos revenus courants perçus au cours de « l’année blanche ». Un revenu exceptionnel peut être un bonus spécial, des gains provenant d’actions ou de placements, ou encore l’argent issu de la vente d’une propriété, etc. Pour plus d’information à ce sujet, consultez la rubrique spécialisée de la Direction générale des Finances publiques.

A FAIRE – faites attention si vous êtes indépendant ou auto-entrepreneur

Si vous avez le statut d’indépendant ou d’auto-entrepreneur, n’oubliez pas d’enregistrer votre société sur l’un des deux portails suivants :

Depuis cet espace, vous pourrez effectuer directement des versements, soit sur base trimestrielle, soit sur base mensuelle.

A FAIRE – renseignez-vous sur le « prélèvement forfaitaire unique » (PFU)

Ayant fait l’objet de pas mal de discussions, le prélèvement forfaitaire unique pourrait être une option intéressante pour tous les contribuables dont les revenus seraient normalement imposés à un taux de 40%. Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte, mais en général, celui-ci s’applique aux personnes ayant un revenu moyen à élevé. Si vous n’êtes pas sûr que la méthode PFU présente un certain intérêt pour vous, vous pourrez toujours calculer votre taux d’imposition à travers un outil de simulation en ligne. Si vous décidez que l’application du PFU se révèle économique pour vous, ne cochez pas la case 2OP. Pour plus d’information à ce sujet, consultez notre article à ce sujet ou la rubrique spécialisée sur le site de la Direction générale des Finances publiques.

Enfin, NE VOUS EN FAITES PAS TROP

A mon avis, cela ne sert à rien de se laisser emporter par ses émotions lorsqu’il s’agit de sa déclaration de revenus. Si le simple fait de compléter le formulaire vous rend frustré, irrité ou découragé … sachez que je compatis de tout coeur à votre désespoir et que vous pouvez être assuré de ma plus sincère empathie. Courage donc. De toute façon, si vous faites une erreur, il sera toujours temps de la rectifier. Et n’oubliez pas non plus que des personnes sont prêtes à vous aider. Avec toutes ces réformes, même le fisc s’attend à une certaine confusion cette année. Cherchez donc de l’aide, soyez pragmatique, persévérez, tenez le coup … Croyez-moi, vous vous sentirez tellement mieux une fois que vous aurez terminé.